FAQ

Toutes les questions fréquemment posées

Ma demande / Mon dossier

Pour effectuer une demande, vous devez remettre à la MDPH un dossier complet (avec l'ensemble des pièces obligatoires et nécessaires). Ainsi, vous devez fournir : * le formulaire de demandes auprès de la MDPH dûment complété par la personne demandeuse ou son représentant légal * le formulaire du Certificat Médical dûment complété par votre médecin et daté de moins de 6 mois au moment du dépôt de votre demande * une photocopie recto verso d’un justificatif d’identité de la personne demandeuse et, le cas échéant, de son représentant légal (Pièce d'identité en vigueur ou titre de séjour en cours de validité ou tout autre document d’autorisation de séjour en France) *Un justificatif de domicile* Le cas échéant, une attestation de jugement en protection juridique Le cas échéant, le(s) complément(s) d'informations correspondant à votre demande : *pour toute demande concernant un enfant* *pour toute demande d'orientation professionnelle, d'AAH ou de RQTH* *pour toute demande relative à un handicap d'origine psychique* Le cas échéant, le(s) formulaire(s)annexe(s) correspondant à votre situation : * pour une demande de Prestation de Compensation du Handicap en Urgence * pour une demande d'aménagement des conditions d'examens ou de concours * pour une demande d'intervention du Fonds de Compensation [[dac_51581][Retrouvez ici l'ensemble des formulaires cités ci-dessus]] ou auprès de votre site d'accueil MDPH. Vous pouvez déposer ces éléments en vous rendant sur un site d'accueil MDPH ou en les envoyant par mail à votre équipe de secteur ou par courrier postal au siège de la MDPH (coordonnées en bas de page).
Si vous disposez d'une imprimante, le dossier de demande(s) et les formulaires qui l'accompagnent sont en téléchargement sur ce site dans la rubrique "Mon dossier". Vous pouvez également retirer un dossier de demandes auprès de l'un de nos sites MDPH à Valenciennes, Villeneuve d'Ascq ou Dunkerque (coordonnées ci-dessous, en bas de la page) ou auprès de l'un de nos partenaires de proximité (CCAS, CLIC Relais Autonomie, associations, établissements, médecine du travail, etc.).
Non, l’envoi d’un courrier ou d’un mail est suffisant.
Oui, toutes vos demandes sont à indiquer dans le formulaire unique intitulé « Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH ».
Pour une première demande, aucune rétroactivité n’est possible. Pour un renouvellement, la date d’effet des droits à la prestation ne peut être antérieure à la date de dépôt du dossier.
Pour connaitre le parcours du dossier, rendez-vous dans la rubrique « Mon dossier ».
Le délai moyen de traitement d’une demande est de 4 mois. Le délai de traitement varie selon type et de la complexité de votre demande. Pour une demande de PCH, les délais sont souvent plus longs, nous vous conseillons d’effectuer vos demandes de renouvellement au minimum 6 mois avant l’échéance de vos droits.
Vous trouverez toutes les coordonnées de la MDPH en bas de page. Des fermetures exceptionnelles peuvent survenir (ponts, jours fériés, …), ces dernières sont annoncées dans la rubrique « actualités » en page d’accueil de ce site.
Le projet de vie vous permet de vous exprimer librement sur vos attentes et vos besoins en relation avec votre situation. N’hésitez pas à y préciser vos difficultés quotidiennes et qui impactent votre vie scolaire, professionnelle et sociale. Il vous permet d’appuyer et d’éclaircir vos demandes de prestations. Il reste facultatif mais conseillé car il donne un éclairage supplémentaire à l’équipe pluridisciplinaire qui étudie votre demande.
La procédure simplifiée n’est pas une procédure accélérée. Que vous cochiez « Oui » ou « Non », le délai de traitement sera le même. Si vous demandez la procédure simplifiée, cela signifie uniquement que vous ne souhaitez pas être reçu par la CDAPH lors du passage de votre dossier. Si vous cocher « Non », vous demandez à être reçu par la CDAPH lors du passage de votre dossier.
Lorsqu’il s’agit d’un renouvellement et que votre situation n’a pas évoluée, votre médecin peut remplir uniquement la partie simplifiée du certificat médical. Cependant, si l’équipe pluridisciplinaire estime que la durée entre les deux certificats médicaux est trop importante, la MDPH peut vous demander un certificat médical complet et détaillé afin de procéder à l’évaluation de vos demandes.
Vos codes d’accès apparaissent sur l’accusé de réception de votre dossier (transmis environ 15 jours après le dépôt / la réception de votre dossier. Votre date de naissance doit s’écrire de la manière suivante : jour + mois. Par exemple, 3108 pour une personne née le 31 Août. Si vous avez perdu vos identifiants ou si le problème persiste, contactez votre équipe de secteur, par mail ou par téléphone.
Vous pouvez ajouter une demande au dossier, tant que celui-ci n’a pas été inscrit pour passage en CDAPH. Pour cela, contactez votre secteur pour obtenir plus d’informations, par mail ou par téléphone. Selon la situation, un écrit pourra vous être demandé.
Le taux d’incapacité est précisé sur votre notification de décision et est défini par une fourchette : inférieur à 50 %, entre 50 % et 79 % et supérieur ou égal à 80 %. Le taux d’incapacité est déterminé par les membres de l’équipe pluridisciplinaire de la MDPH en se référant aux éléments contenus dans le dossier (notamment le certificat médical) en lien avec le « guide barème » mis en place par la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) au travers du « Guide des éligibilités pour les décisions prises dans les MDPH ». L’équipe pluridisciplinaire détermine le taux d’incapacité au travers d’une évaluation des conséquences du handicap au quotidien pour la personne et en tenant compte de son environnement (capacités / incapacités, impacts sur la vie scolaire, professionnelle ou sociale). Le taux d’incapacité est à dissocier du taux d’invalidité. Le taux d’invalidité est déterminé par l’Assurance Maladie.
On parle d’urgence de traitement de la situation lorsqu’il y a rupture de droits financiers, rupture de parcours (déscolarisation, perte d’emploi, sortie d’établissement médico-social sans solution), rupture du parcours de formation, difficultés de maintien dans l’emploi et / ou mise en danger de la personne. Pour justifier d’une situation à caractère d’urgence (risque de rupture de parcours de vie), vous devez fournir une note sociale (rédigée par un professionnel de santé) ou professionnelle (rédigée par votre employeur ou organisme de formation, pour le maintien à l’emploi).
Contactez votre équipe de secteur par mail, par courrier postal ou par téléphone (coordonnées en bas de page).
Les voies de recours à votre disposition sont expliquées dans la rubrique « [[dac_51778][Exercer un recours]] ».
Oui, pour chaque nouvelle demande et renouvellement vous devez remplir et déposer un nouveau dossier.# Pour tout renouvellement, nous vous conseillons de constituer votre dossier au minimum 6 mois avant la date d'échéance. # La validité d'un certificat médical est de 6 mois. Passé ce délai, toute nouvelle demande ou renouvellement doit être accompagnée d'un nouveau certificat médical.
Si le changement d’adresse a lieu dans le même département, il convient de nous fournir la copie du justificatif du nouveau domicile. Si le changement d’adresse a lieu dans un autre département, il convient de demander par écrit à la MDPH d’origine, le transfert de votre dossier en joignant la copie du justificatif du nouveau domicile. Précisez dans votre écrit vers quel département (votre nouvelle adresse) et à quelle date vous déménagez. Conseil : il est préférable de s’assurer 15 à 20 jours après le dépôt de votre demande que celle-ci a bien été prise en compte. Vos notifications obtenues dans le département du Nord reste valables jusqu'à leur échéance. Pour les renouvellements à venir, il faudra les effectuer auprès de la MDPH du département où vous emménagez. Si vous avez actuellement des versements PCH, le Département du Nord continuera à verser la prestation pendant les 3 mois qui suivent votre déménagement. Le département dans lequel vous avez emménagé prendra ensuite le relais.
Vous pouvez consulter les sites http://www.service-public.fr et http://www.legifrance.gouv.fr qui vous apporteront toutes les informations.

Mes prestations financières

L'Allocation d'Education de l'Enfant Handicapé (AEEH)
L'Allocation Adulte Handicapé (AAH)
La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

Important : Avant d’effectuer la demande d’AAH, renseignez-vous auprès de votre caisse de sécurité sociale afin de faire valoir vos droits, notamment si vous avez ou avez eu une activité professionnelle. Il est possible de cumuler intégralement l’AAH avec : - la majoration pour la vie autonome - le complément de ressources (dans le cadre de la garantie de ressources) L'AAH peut venir compléter des ressources perçues dans la limite de son plafond. L’évaluation des ressources est réalisée au 1er janvier de chaque année sur la base des ressources perçues au cours de l’année N-2. L'AAH peut être perçue en complément d'une pension de vieillesse ou d'invalidité ou d'une rente d'accident du travail si leur montant est inférieur à celui de l'AAH à taux plein. Dans ce cas une AAH dite différentielle est versée pour amener le cumul des deux prestations (pension ou rente plus AAH) au niveau de l'AAH à taux plein. Par ailleurs, le cumul de l'AAH et de la rémunération garantie en ESAT ne peut excéder 100% du SMIC.
Il ne faut pas confondre l’AAH (MDPH) et la pension d’invalidité (Sécurité Sociale). Avant d’effectuer votre demande d’AAH, vous devez d’abord faire valoir vos droits auprès de votre sécurité sociale. L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est une allocation de solidarité destinée à assurer aux personnes handicapées un minimum de ressources. Financée par l’État, elle est versée par les caisses d’allocations familiales (CAF) ou les caisses de Mutualité Sociale Agricole. La pension d’invalidité a pour objet de compenser la perte de salaire qui résulte de la réduction de la capacité de travail, elle est versée par votre caisse d’Assurance Maladie. L’AAH peut venir compléter la pension d’invalidité lorsque le montant de celle-ci n’atteint pas le montant de l’AAH à taux plein.
Sous certaines conditions, vous pouvez cumuler vos revenus professionnels et votre allocation aux adultes handicapés (AAH). Les règles sont différentes selon que vous exercez votre activité en milieu ordinaire ou dans un ESAT. _En milieu ordinaire_ Au commencement de votre activité, vous bénéficiez de 6 mois de cumul intégral de votre salaire et de votre AAH et ce quel que soit le montant de vos revenus d'activité. Autrement dit, vos revenus d'activité ne sont pas pris en compte pendant cette période de 6 mois pour le calcul de l'AAH. Ensuite, vos revenus d'activité sont affectés d'un abattement de : 80 % pour les revenus d'activité inférieurs ou égaux à 30 % du Smic brut mensuel 40 % pour les revenus d'activité supérieurs à 30 % du Smic brut mensuel _Dans un ESAT_ La rémunération garantie (salaire versé en ESAT) peut se cumuler partiellement avec l'AAH, dans la limite d'un plafond égal à : 100 % du Smic mensuel brut pour une personne seule 130 % du Smic mensuel brut si vous vivez en couple 145 % du Smic mensuel brut si votre couple à un enfant ou un ascendant à charge Lorsque le total de l'AAH et de la rémunération garantie excède ces montants, l'AAH est réduite en conséquence. Plus d’informations sur : http://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F21615
L'allocation aux adultes handicapés et ses compléments (complément de ressources et majoration pour la vie autonome ne sont pas imposables).
A partir de l’âge légal de départ en retraite (62 ans en 2018), l'AAH n'est plus versée. Elle est remplacée par une pension ou un avantage vieillesse. Seuls les bénéficiaires atteints d'une incapacité permanente d'au moins 80% peuvent conserver une partie de l'AAH, lorsque la retraite qu'ils perçoivent est inférieure au montant de l'AAH à taux plein.
La PCH ne prend pas en compte l'aide au ménage. Elle ne prend en compte que l'aide apportée directement à la personne (participation à la vie sociale, toilette, déplacement, surveillance, alimentation…). Si votre demande concerne l’entretien de votre logement, renseignez-vous auprès du Département du Nord (aide sociale) ou après du CCAS de votre commune.
Mon aidant familial peut-il être mon employé direct ? Il est possible de salarier un membre de votre famille si : > votre aidant n’a pas fait valoir ses droits à la retraite et il a cessé ou renoncer totalement ou partiellement a une activité professionnelle pour être votre employé > votre état nécessite à la fois une aide totale pour la plupart des actes essentiels et une présente constante ou quasi constante dû à un besoin de soins ou d’aides pour les gestes de la vie quotidienne. Selon le lien de parenté, vous devez remplir l’une ou l’autre de ces conditions, ou les deux. Cf. Article D-245-8 du Code de l’Action Sociale et des Familles.
En cas d’évolution de votre projet, il est préférable d’interpeller la MDPH le plus tôt possible, idéalement avant la décision de la CDAPH. Vous avez notamment la possibilité d’émettre des observations sur le plan personnalisé de compensation qui vous est adressé. Si les membres de la CDAPH ont déjà pris leur décision, vous devez déposer une nouvelle demande. *Attention !* Seules les factures d’aide technique datant de 6 mois avant le dépôt de la demande pourraient être prises en compte.
La MDPH ne peut intervenir sur ce type de sollicitation. N’hésitez pas à montrer à votre bailleur / propriétaire le courrier de la MDPH pour justifier votre demande.
La PCH peut être accordée aux personnes entre 60 et 75 ans à condition de répondre aux critères d'éligibilité avant 60 ans (justifier d’une situation de handicap avant 60 ans.

Mes aides à la scolarité et à l'employabilité

Scolarité : Dispositifs d'aide à la scolarité et Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS).
Employabilité : Reconnaissance en Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH),
Orientation Professionnelle (ORP)

La Direction des transports du Département du Nord est seule compétente pour toute demande de prise en charge de transport d'élève ou d'étudiant en situation de handicap. # *Pour toute information* # Tél : 03 59 73 67 40 # *Accueil et correspondance* # DIRECTION GENERALE ADJOINTE EN CHARGE DE LA SOLIDARITE # DIRECTION DE L’ACCES A L’AUTONOMIE # Service Transport des Elèves en situation de handicap # Cité Administrative # 175 rue Gustave Delory (9ème Etage) – 59047 LILLE CEDEX# *Accueil du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 17 h.* # [[https://lenord.fr/jcms/prd1_542496/le-transport-des-eleves-en-situation-de-handicap][Site du Département du Nord]]
Non pas obligatoirement, c'est un choix personnel. Vous n’êtes pas tenu d’en informer votre employeur, ni même de le mentionner sur un CV ou lors d’un entretien d’embauche. Il peut cependant vous être conseillé d’informer votre employeur afin que celui-ci ne vous demande pas une tâche, qu'il vous est difficile d'effectuer. La RQTH peut également aider au recrutement et à l’adaptabilité du poste de travail.
L’AGEFIPH (http://www.agefiph.fr) accorde différentes aides aux travailleurs en situations de handicap et aux employeurs. Contactez-les pour tout renseignement.
Si vous bénéficiez de l’Obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH , il vous est inutile d’effectuer une demande de RQTH. En effet, avec l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés vous êtes reconnu travailleur handicapé. Vous bénéficiez de l’OETH si vous êtes dans l’une des situations suivantes : - Victime d’accident du travail ou de maladie professionnelle ayant entraîné une incapacité permanente au moins égale à 10 % et titulaire d’une rente attribuée au titre du régime général de sécurité sociale ou de tout autre régime de protection sociale obligatoire ; - Titulaire d’une pension d’invalidité attribuée au titre du régime général de sécurité sociale, de tout autre régime de protection sociale obligatoire ou au titre des dispositions régissant les agents publics à condition que l’invalidité des intéressés réduise au moins des deux tiers leur capacité de travail ou de gain ; - Ancien militaire ou assimilé, titulaire d’une pension militaire d’invalidité à condition que votre invalidité ait réduit de deux tiers votre capacité de travail ou de gain ; - Veuve ou orphelin de victime militaire de guerre ou de titulaire de pension militaire d’invalidité (sous certaines conditions) ; - Titulaire d’une allocation ou d’une rente d’invalidité relative à la protection sociale des sapeurs-pompiers volontaires en cas d’accident survenu ou de maladie contractée en service ; - Titulaire de la carte mobilité inclusion comportant la mention invalidité ; - Titulaire de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH).
Tout salarié peut demander une formation auprès de son employeur. Pour cela, rapprochez-vous du service ressources humaines de votre employeur. D’autre part, pour faciliter le maintien dans l’emploi des salariés devenus handicapés, l’Agefifh (L'Association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées) ou le FIPHFP (Le fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique) propose des aides à la formation.
Vous pouvez vous renseigner auprès de l’inspection du travail, de la médecine du travail, des organisations syndicales, des Prud’hommes.
En fonction des conséquences de votre maladie, le médecin du travail peut déclarer votre inaptitude à reprendre votre emploi. Toutefois, vous pouvez être déclaré apte à exercer d'autres fonctions. Dans ce cas, vous pouvez bénéficier, sous conditions, d'un reclassement dans l'entreprise vers un emploi adapté à vos capacités physiques. Si votre état de santé vous met dans l'incapacité physique ou mentale d'exercer tout ou partie de vos fonctions, vous pouvez être considéré(e) comme inapte. Plus d’informations sur : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F726
L’établissement ne peut mettre fin à votre accompagnement sans passer par la CDAPH : _« L'établissement ou le service ne peut mettre fin à l'accompagnement, de sa propre initiative, sans décision préalable de la CDAPH »_ (Article L. 241-6 du Code de l’action sociale et des familles). Si vous êtes dans cette situation, vous pouvez interpeller la MDPH.
La CDAPH vous a orienté vers un centre de formation précis en cohérence avec votre projet professionnel. Une demande de changement de centre nécessite d’être motivée par courrier postal ou mail adressé à la MDPH.
Non. Il est impossible d’obtenir une orientation partagée entre le milieu ordinaire de travail et le milieu protégé (ESAT). La loi confie à la CDAPH la mission de définir le milieu de travail dans lequel la personne orientée pourra exercer une activité professionnelle adaptée à ses capacités. Si vous hésitez sur votre choix d’orientation, vous pouvez cocher les deux possibilités. La CDAPH décidera en fonction de votre situation si elle vous oriente soit vers le milieu ordinaire de travail, soit vers le milieu protégé (ESAT).
Vous seul pouvez interrompre votre période d’essai en ESAT, sans passer par la CDAPH. Pour cela, vous devez démissionner. L’ESAT doit transmettre à la MDPH votre lettre de démission. L’établissement quant à lui, ne peut mettre fin à votre accompagnement sans passer par la CDAPH : « L'établissement ou le service ne peut mettre fin à l'accompagnement, de sa propre initiative, sans décision préalable de la CDAPH » (Article L. 241-6 du Code de l’action sociale et des familles).
L’ESAT est un Etablissement Médico-Social, il lui est donc impossible de mettre fin à la prise en charge sans décision préalable de la CDAPH. La CDAPH entendra votre témoignage et celui de l’ESAT avant de prendre sa décision.
Pour savoir si vous pouvez bénéficier d’une retraite anticipée, vous devez vous renseigner sur les conditions auprès de votre organisme de retraite. Concernant les conditions liées au handicap, vous pouvez bénéficier d'un départ à la retraite anticipée lié au handicap, c'est-à-dire avant l'âge minimum de départ à la retraite (fixé entre 60 ans et 62 ans, selon votre date de naissance), à condition de justifier d'un certain taux de handicap et d'une certaine durée d'assurance (dont une part minimale a donné lieu à cotisations à votre charge) durant cette période de handicap. Vous pouvez contacter la MDPH par mail ou par courrier postal pour recevoir un historique des droits ouverts : attribution de la RQTH et les accords ou rejets de droits où est indiqué un taux d’incapacité. Plus d’informations sur : http://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F16337 http://handicap.gouv.fr/les-aides-et-les-prestations/droits-et-aides/article/retraite-anticipee-des-travailleurs-handicapes
Vous pouvez effectuer cette demande par courrier postal ou par mail auprès de votre secteur. Cf. coordonnées ci-dessous.

Mon orientation vers un établissement ou service médico-social

Orientation vers un établissement ou service médico-social (OMS)

Ma Carte Mobilité Inclusion

Carte Mobilité Inclusion (CMI) Mentions Priorité, Invalidité, Stationnement

Les précédentes cartes de priorité, d’invalidité et de stationnement restent valables jusqu’à la date d’expiration et au plus tard jusqu’au 31 décembre 2026 pour les cartes à durée définitive. Il n’est donc pas nécessaire de demander la CMI avant votre demande de renouvellement (ou avant le mois de septembre 2026 si vous bénéficiez d’une carte à durée définitive).
La Carte Mobilité Inclusion est fabriquée par l’Imprimerie Nationale. Vous allez recevoir prochainement un courrier vous demandant d’envoyer une photo pour la carte. Vous pouvez suivre l'état d'avancement de votre CMI dès lors que vous recevez votre notification au lien suivant : http://www.carte-mobilite-inclusion.fr
Vous avez reçu un courrier vous demandant d’envoyer un coupon réponse et une photo suite à la décision d’accord pour votre Carte Mobilité Inclusion (CMI). Vous devez fournir une photo d’identité, répondant aux mêmes critères que celles demandées pour votre carte d’identité ou votre permis de conduire. Pour rappel, vous ne devez plus joindre de photos lors du dépôt de votre dossier.
Si vous êtes bénéficiaire de la Carte Européenne de Stationnement ou de la Carte Mobilité Inclusion Mention Stationnement, Vous pouvez demander à bénéficier d’une place de stationnement pour handicapé auprès de la mairie de votre commune. La place qui vous est attribuée n’est pas nominative. Toute personne possédant également la carte peut donc stationner sur cette place.
La vignette Crit’Air est obligatoire pour tous les véhicules éligibles, y compris pour les véhicules et les usagers exemptés des restrictions de circulation appliquées dans les zones environnementales Zones à Circulation Restreinte (ZCR) et Zones de Protection de l’Air (ZPA). Ainsi, les personnes handicapées titulaires d’une carte de stationnement homologuée (Carte Européenne de Stationnement ou Carte Mobilité Inclusion mention Stationnement) doivent se munir d’une vignette Crit’Air, bien qu’ils soient exemptés des éventuelles restrictions de circulation applicable à la catégorie de leur véhicule. # Voici ce que dit le texte de loi (décret n°2016-847 du 28 juin 2016) : « les véhicules portant une carte de stationnement pour personnes handicapées sont dispensés du port de la vignette Crit’Air pour circuler dans les zones à circulation restreinte ». Autrement dit, les personnes à mobilité réduite titulaires d’une carte de stationnement ou mobilité inclusion peuvent circuler dans tous les cas, à condition qu’elles soient bien présentes dans le véhicule. Attention, cela n’enlève pas l’obligation d’apposer sur le parebrise une vignette Crti’Air, qui sera nécessaire pour circuler quand le passager à mobilité réduite n’est pas à l’intérieur de la voiture. # Pour résumer, il faut dans tous les cas acheter une vignette Crit’Air, et la voiture pourra circuler même en période de restriction si un passager à mobilité réduite titulaire d’une carte est présent à bord. # La démarche à effectuer pour obtenir le certificat qualité de l’air de votre voiture est simple. Elle s’effectue en ligne sur http://www.certificat-air.gouv.fr, il suffit de renseigner les informations concernant votre véhicule et vos coordonnées pour recevoir la vignette. Le montant total est de 3,62 € (3.11 € pour le certificat et 0.51 € pour les frais d’envoi, tarif en vigueur au 1er mars 2018). En attendant de recevoir la vignette, le récépissé peut être utilisé pour circuler dans les Zones à Circulation Restreinte (ZCR).
Lorsque la MDPH vous a délivré une notification d'accord pour une Carte Mobilité Inclusion, vous recevez des codes d'accès au portail [[http://www.carte-mobilite-inclusion.fr/authentification][www.carte-mobilite-inclusion.fr]] pour suivre l'avancement de l'édition de votre carte. # Si vous rencontrez des difficultés pour vous connecter à ce site, nous vous invitons à contacter l'Imprimerie Nationale, chargée de l'édition de votre carte mobilité inclusion. Vous pouvez les appeler au *0 809 360 280* (numéro vert) *du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h.*

Contact

Consultez toutes les informations pratiques pour nous contacter

Horaires

La MDPH vous accueille du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h.

Accueil téléphonique

Vous pouvez nous contacter au
03 59 73 73 73 du lundi au vendredi de 8 h 30 à 16 h (sans interruption).


Sourd ou malentendant ? Utilisez ACCEO !
En savoir plus sur ACCEO

Adresse

Siège de la MDPH
Antenne de Villeneuve d'Ascq
21 rue de la Toison d'Or
59650 VILLENEUVE D'ASCQ

Antenne de Valenciennes
Immeuble Philippa de Hainaut
160 Boulevard Harpignies
59300 VALENCIENNES

Antenne de Dunkerque
Zone des 3 Ponts, Site Neptune
183, rue de l'école Maternelle
CS 9707
59385 DUNKERQUE CEDEX 1


Copyright © MDPH du Nord 2016 | Se connecter | Contact | Mentions légales | Crédits

Interface en noir et blanc Interface en noir et blanc Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte